Le compte de résultat

Le compte de résultat permet de mesurer la capacité de l’entreprise à « gagner de l’argent ». C’est un document indispensable pour analyser l’activité.

Principes

Le compte de résultat s'organise autour de deux notions : les produits et les charges.
La différence entre les deux donne le résultat de l'entreprise, c'est-à-dire un bénéfice ou une perte.
Au-delà de sa dimension économique, le résultat sert également de base de calcul de l'impôt (impôt sur le revenu ou impôt sur les sociétés selon le régime fiscal de l'entreprise) et des cotisations sociales pour les entreprises qui relèvent de l'impôt sur le revenu (après réintégration des rémunérations des associés).

Les produits

Les produits d'exploitation se classent en deux catégories :

  • les ventes réalisées sur l'exercice (Chiffre d'affaires)
  • les prestations de service facturées (production) ou non facturées, mais en cours de réalisation (production en cours) à la date de clôture des comptes.

Production + production en cours = production de l'exercice

  • Les produits sont comptabilisés, même s'ils ne sont pas encore encaissés.
  • Si l'activité est soumise à TVA, les produits sont comptabilisés Hors Taxes.

Autres produits et produits exceptionnels

  • Subvention d'exploitation
  • Produits financiers : sur les placements réalisés...
  • Autres produits de gestion et produits exceptionnels : remboursement d'assurance, quote-part de subvention d'investissement...

Les charges

Les achats consommés

  • Ces achats correspondent aux marchandises, aux matières premières nécessaires à l'activité.
  • Ces charges sont comptabilisées, même si elles ne sont pas encore payées.
  • La part des achats non utilisés sur l'exercice (stock) n'est pas comptabilisée. Les achats stockés ne diminuent pas le bénéfice de l'entreprise.
  • Si l'activité est soumise à TVA, les charges variables sont comptabilisées Hors Taxes.

Achats de marchandises ou de matières premières +/- variation de stock = Achats consommés

 

Les charges fixes

  • les services extérieurs : carburant, fournitures, honoraires comptables, assurance, publicité, loyers, entretien des matériels, petit outillage, crédit bail...
  • les impôts et taxes (taxe foncière, taxe professionnelle, CSG déductible...)
  • les frais de personnel : salaires, charges sociales de l'exploitant, rémunérations des associés (à noter : pour les entreprises individuelles, les prélèvements de l'exploitant ne se déduisent pas du bénéfice.)
  • les dotations aux amortissements (valeur des immobilisations / durée de vie)
  • les frais financiers correspondent aux intérêts d'emprunt professionnels ou aux agios sur découvert bancaire
  • les charges exceptionnelles : cession de matériels, pénalités...
  • l'impôt sur les sociétés (uniquement en société à l'IS).